SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Ile de la Réunion: Squales & amalgame

Aujourd'hui, dès lors que l'on prononce le mot requin, la grande majorité des gens pensent  aux attaques, Ile de la Réunion, et surfeurs… une réalité devient très rapidement une actualité sur le parvis de la presse et des réseaux sociaux.

A mon sens, cette même majorité n'a pour la plupart jamais rencontré de requins, non?

 

Le simple fait de lire des articles alarmants (et séduisants pour la presse…) relatant les dernières attaques dont ils sont souvent symbolisés par une image de requins sanguinolents, suffit-il à véhiculer tant d'ignorance et à les rendre coupables de toutes les maux?

Je ne pense pas, car trop d'exemples du quotidien nous invitent à la plus grande retenue et un discernement des plus méthodiques, donc j'ose imaginer que la grande majorité des lecteurs ne se met pas martel en tête et n'arrive pas à croire tout ce qu'il lit.  Dans chaque incertitude il est logique d'aplanir le problème et d'en vérifier les informations, et comme le disait Mulder, la vérité est ailleurs… et c'est toujours le cas!

 

J'ai déjà pu lire que 2 requins blancs se sont acharnés sur un snorkeller en voyage de noce à la Réunion… une confusion totale des informations entre le jeune marié à Anse Lazio aux Seychelles, l'attaque simultanée de 2 requins  à la Réunion, et le requin blanc observé par des baigneurs en Afrique du Sud…

 

Alors comprenez qu'en lisant certaines brèves totalement incohérentes, j'ai le palpitant qui s'affole. Bien entendu chaque mort due à une attaque est dramatique, chaque accident n'est pas toujours évitable, tous les bons conseils ne sont pas toujours applicables au vu et en fonction de la situation, je ne le sais que trop bien.

 

Ceci étant, la sensibilisation des pratiquants d’activités nautiques et des touristes doit être la priorité n°1!  La surinformation n'a jamais fait de mal en terme de prévention…. ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les politiques qui lors des déplacements sur les sites des attaques à la Réunion, ont très soigneusement pris "des mesures", dont la première était d'informer les surfeurs et autres baigneurs.

Plusieurs solutions ont donc vu le jour pouvant permettre de réduire les risques, comme par exemple les Vigies-Requins, mis en place à l'été dernier, ou encore le marquage des requins, qui ailleurs fonctionne très bien, encore faut-il que les données soient exploitées…  (A lire & partager !!!)

 

D'autres solutions d'urgences sont proposées, mais pas aussi cohérentes que ces vigies-requins. Avant toute chose, il me parait nécessaire d'incorporer plusieurs paramètres et mixer le tout avant de dire et faire n'importe quoi.

 

Outre les chiffres et nombres d'attaques, il faut rappeler que la population réunionnaise est passée de 497 000 habitants en 1980 à plus de 870 000 en 2012. Cet accroissement s’est accompagné nécessairement par une augmentation des rejets qu’ils soient d’origine anthropiques, agricoles ou industriels, ainsi que par une urbanisation massive des littoraux.

 

Malheureusement, l’état et les communes, pour diverses raisons que je ne tenterai pas de décrire ici, ne se sont inquiétés que trop tard des conséquences environnementales potentiellement désastreuses de ce développement anarchique.

Ainsi on constate concernant les rejets domestiques que seulement 42% des foyers réunionnais sont raccordés au réseau public d’assainissement (station d’épuration) à l’heure actuelle. Les 58% restants sont équipés de fosses septiques dont 25% seulement seraient aux normes…

 

Les sols réunionnais étant basaltiques, ils sont extrêmement poreux et les infiltrations finissent donc directement dans les nappes phréatiques ou dans les ravines. Ces dernières sont créées par le ruissellement concentré des pluies provenant des versants. Les ravines constituent  donc des réseaux de torrents amoncelant tous les objets et déchet jusqu'à la mer.

 

A ce sujet et pour avoir plus d'informations actualisées,  je viens de raccrocher avec un membre de ma famille, sur place et réunionnais de souche, attestant du "gros n'importe quoi" des méthodes de "tri" de déchets des habitants. Il n'est pas rare de trouver des carcasses de poulets ou autres restes de méchoui dans ces mêmes ravines …

 

De plus, 90% des stations d’épurations sont saturées ce qui implique des relargages réguliers en mer. En plus de cela, on constate régulièrement des aberrations sur le réseau tel que l’écoulement d’eaux usées non traitées directement au bord depuis 2 ans sur la commune de Saint Leu.

La dessalure et la turbidité de l’eau liées aux particules sédimentaires terrigènes et au développement algal favorisé par le phosphore sont deux conditions de milieu où le requin bouledogue est reconnu comme inféodé.

Les requins bouledogues se sédentarisent souvent aux embouchures des ravines et peuvent remonter assez haut dans le lit des ravines. Dans cette eau douce, ils se débarrassent en fait des nombreux parasites se trouvant sur leur peau, tout en se protégeant des prédateurs adultes de leur propre espèce.

 

Le cercle vicieux est en place: les rejets anthropiques réguliers et ceux des ravines après les fortes pluies se sédimentent dans les lagons, les passes et sur les platiers.

Je peux également faire le parallèle d'un documentaire TV  très intéressant que je vous invite à regarder (l’invasion de Recife)sur une problématique similaire dans deux autres endroits du globe.

 

Le premier étant à Recife au Brésil où sous la pression des médias, les politiques ont fait appel à des experts américains et brésiliens afin de résoudre un phénomène d'attaques géographiquement ciblé qui a fait 49 victimes en 15 ans… seuls 2 ont survécus.

Le deuxième site était à Mogadiscio en Somalie, où pendant 10 ans un abattoir tournait à plein régime non loin des côtes, résultat: 28 morts!

 

Mêmes causes, mêmes effets : minimisation de la gestion du problème, lenteur dans la réaction, rejet de la culpabilité sur les surfeurs pour les uns, et la réserve marine pour les autres…

 

Il suffit d'un peu de bon sens pour se poser la question suivante:  comment font les autres zones côtières à exponentiation rapide afin que l’homme et le requin parviennent à cohabiter sans problème majeur ??

Et l'ile Maurice par exemple…

 

Au-delà des causes, les camps cherchent des responsables. Bien sûr que les surfeurs savent que dès lors que de fortes pluies frappent les côtes, des milliers de m3 de sédiments sont remis en suspension générant une forte turbidité de l’eau, fournissant le terrain de chasse favori des requins qui entrent alors dans la bande des 30 mètres fréquentée également par les surfeurs.

 

Les battements des pieds et mains sur leur planche sont mal interprétés par les requins, et sont une confusion d'identité de leur proies habituelles. C'est pour cela que pour la plupart des attaques, ils mordent et relâchent. Ce qui ne serait pas le cas avec un crocodile qui lui ne fait pas de distinction entre le poisson et la viande.

En ce qui concerne les réserves marines, à mon sens elles ne peuvent être mises en cause et accusées d'être le "garde manger" des requins , bien au contraire. Je n'ai pas le regard ni l'expérimentation des spécialistes observant ces sanctuaires , mais j'ai pu évoluer dans quelques réserves marines, en plongée ou en snorkeling, et à chaque rencontre avec des requins, ces derniers étaient pleinement intégrés dans ces espaces.

 

Evidement, il ne s'agissait pas d'espèces mises en cause lors des attaques, mais le fait que ces requins récifaux étaient présent, était le gage d'un parfait mutualisme des occupants de ces réserves. Pour cela il faut plusieurs décennies avant d'obtenir un parfait biotope sous-marin. Rappelons que la Réserve marine de la Réunion n'a été crée qu'en 2007.

 

En attendant que les forces vives de la Réunion, surfeurs, plongeurs, associations et spécialistes du monde marin s'unissent d'une même et unique voix pour accentuer la pression sur ce gouvernement en quête de solutions, laissons le temps au temps aux accusés du moment.

 

A force de mal, tout ira bien !!!

 

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est  ici   !

Il suffit de cliquer  sur «J’AIME» directement sur la page Facebook

 

 

Sources: Wikipédia / Google App / RMC Découverte / Courrierinternational.com  / blog.surf-prevention.com / Source Office de l’eau Réunion / Guide Bonne Pratique Agricole- DAF /Etude Arvam sur les coraux / nektos.net

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(393)

Forgot your password?