SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Je veux devenir moniteur de plongée !!!

En 2013 la filière professionnelle de l’enseignement a subit une refonte complète. Le BEES est remplacé par le DEJEPS. Il s’agit bien plus que d’un simple changement d’appellation mais d’une profonde mutation.

 

Le DEJPS option plongée subaquatique étend les prérogatives du moniteur ; l’encadrement jusqu’à 60 m ( autrefois 40 m pour le BEES) et la fonction de tuteur de stagiaires (autrefois prérogatives des seuls BEES2). Il devient ainsi un diplôme niveau bac + 2 et dans la classification code du sport un encadrant niveau 4.

Le CREP de Montpellier a dès 2013, mis en place une formation complète ainsi qu’un cycle court pour les BEES 1.

Depuis fin janvier ce sont 20 stagiaires (dont 5 filles) qui se sont lancés dans l’aventure. Filtrés par : des conditions d’entrée exigeantes, des tests de sélection, ils vont être en formation pendant 1250 heures (8 mois) partagées entre le centre de formation (CREPS) et leur structure d’accueil (centre de plongée pro).

 

Scuba photography vous propose de suivre mois après mois leur aventure….

De ces 20 stagiaires, je vais en suivre 3 ayant des profils et des objectifs quelque peu différents.

Afin de mieux les connaitre je vous propose pour cette première brève une série de Questions & Réponses pour nos 3 acolytes,  Gaétane (33 ans), Pierrick (32 ans) et Laurent ( 31 ans).

 

 

- A quelle occasion avez-vous débuté la plongée sous-marine?

Gaétane: Un Noël solitaire aux philippines et une réserve marine sur l'île

 

Pierrick: A l'occasion d' un an de "changement d'air" en Guadeloupe, après un passé d'amateur de snorkeling averti en méditerranée et Bretagne...

 

Laurent: Lors d'un baptême à La Réunion en février 2011.

 

 

- Votre parcours plongée jusqu'à ce jour ?

Gaétane : OWD Padi aux Philippines en 2006 ça m'a tellement plu que je me suis dit que j'allais faire toute la formation pour en faire mon métier vu que je n'avais pas les moyens d'en faire juste un hobby. Du coup formation en 3 mois aux USA à Fort Lauderdale pour devenir OWSI janvier 2008. Puis deux ans en tant que monitrice à Bonaire. Gros barotrauma pas soigné, retour en France où je n'ai plongé que deux ans après en associatif à Chambéry. Quelques plongées ensuite à Nice dans le cadre de mon boulot d'animatrice environnement marin, pas de niveau français. J'ai tout passé avec Fred à partir de juin dernier jusqu'au niveau 3 pour les tests de pré sélection.

 

Pierrick : Suite à ce N1 passé en Gwada, retour en métropole très difficile et besoin presque vital de retourner sous l'eau... Direction donc pour MONTPELLIER à la recherche d'autonomie avec PLONGEE CARNON, passage du N2, puis Nitrox...Impossible d'en rester là !

Ma situation pro se complique et l'envie de faire de ma passion mon métier se précise... Permis bateau, PSE1 et N3 sont le minimum à  acquérir pour tenter sa chance aux tests de pré sélection du CREPS !!!  C'est parti ! VENI VIDI VICI !! L'histoire commence...

 

Laurent: Mon parcours plongée jusqu'à aujourd'hui reste raccourci. 125 plongées au total dont une majorité en explo sur la côte méditerranéenne avec un mix entre différents spots tels que tombants, réserves, épaves et environnement microbio.

 

 

- D'après vous, est-ce que la plongée est une passion qui devient profession ?

Gaétane : Tout à fait.

 

Pierrick : Pour ma part j'ai toujours aimé partager et former... C'est d'autant plus facile et naturel quand cela nous passionne je pense...

 

Laurent : Je l'espère 

Il faut distinguer 2 professions dans le monde de la plongée :

·   Scaphandrier : fort revenu il y a une vingtaine d'années qui aujourd'hui n'est plus autant valorisée du fait de la main d'œuvre étrangère à faible cout et avec des restrictions de sécurité amoindries.

·   Moniteur de plongée : revenu modéré (cas rare de fort revenu en tant que gérant de club) -> métier passion

D'après moi la plongée est une passion qui peut effectivement devenir profession si l'on a pas de fortes exigences en terme de niveau de vie, que l'on a un contexte familial favorable au démarrage de la profession, la condition physique et mentale nous permettant d'être dans l'eau tous les jours et nécessairement une ouverture aux autres permettant d'enseigner cette passion.

 

 

- En quoi consiste votre formation et dans quel objectif ?

Gaétane : Ma formation consiste à me donner les capacités d'enseigner, d'animer et d'encadrer la plongée de loisir et j'ai comme objectif de monter ma propre structure.

 

Pierrick : Le DEJEPS plongée subaquatique a pour but de nous faire entrer dans la vie professionnelle avec le bagage le plus gros possible en France.

La réalisation du mémoire sert d’ailleurs clairement à nous ouvrir la voie de la création d'entreprise.

La formation nous donnera les "billes" pour exercer notre futur rôle de moniteur, les outils et l'expérience de grands pros du milieu.

 

Laurent : C'est une formation qui amène au diplôme DEJEPS permettant d'être rémunéré en tant que moniteur de plongée.

L'objectif étant de pouvoir encadrer et enseigner la plongée dans la zone des 0-60 mètres a titre rémunéré.

 

 

- Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Gaétane : Une bonne condition physique surtout si on est une femme. Des qualités sociales. Pouvoir communiquer en anglais. La fibre de l'enseignement également. Et une bonne écoute des attentes.

 

Pierrick :  La rigueur je pense, mais également la confiance en soi, le sens des responsabilités et le sourire ! 

 

Laurent : Je reprendrais la fin de ma réponse à la question 3 :

·   Qualité physique : maintenir une condition physique optimale afin de limiter au maximum les risques d'accident.

·   Qualité sociale et d'enseignant : pour être capable d'adresser, d'enseigner et d'encadrer la plongée pour tous les publics (enfants, personnes âgées, anxieux, "risque tout" ...)

·   Qualité mentale : être prêt à accepter d'être dans l'eau tous les jours tôt le matin (formation) ou tard le soir (plongée de nuit) par toute température (plongée sous glace, ouverture de saison en Mars...)

 

 

- Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

 Gaétane

Avantages :

·   notre bureau est bien plus souvent en mer que devant un écran,

·   on côtoie des gens de tous bords,

·   on est sans cesse en amélioration,

·   on explore un univers à part quand même..

Inconvénients:

·   c'est difficile d'avoir une vie de famille car ce n'est pas un métier à horaires fixes,

·   c'est facile de s'user physiologiquement si on ne fait pas attention,

·   ce n'est pas très bien rémunéré en comparaison des risques qu'on prend pour soi et pour les autres, placés sous notre responsabilité

 

Pierrick

Avantages :

·   voir les gens s'émerveiller

·   vivre et voir évoluer sa passion et être dans l'eau tous les jours (quoique parfois inconvénient...) 

Inconvénients :

·   La vie de famille (j'ai une petite fille de 5 ans ) et les horaires en décalés... surtout les week-end j'imagine...

 

Laurent:

Avantages :

·   métier passion

·   métier de pleine nature / voyages

·   métier physique / sportif

·   métier de rencontres diverses et toutes origines / ouverture d'esprit

·   sentiment d'appartenance à un microcosme (pyramide de Maslow)

Inconvénients :

·   revenu faible ou modéré

·   faible rentabilité en gestion de club

·   beaucoup de contraintes et de risques notamment pour la plongée tek/profonde

 

 

- Quelles études avez-vous faites pour accéder à votre profession ?

Gaétane :  J'ai fait des études de droit et de philo donc pas trop en rapport avec la plongée, je me suis formée en biologie marine en autodidacte. J'ai une expérience en animation sportive enfants et adultes.

 

Pierrick : J'ai un BAC Scientifique en sciences de l'ingénieur et 2 années d'IUT (élec et mécanique) non validées

 

LaurentJe rentre dans le monde de la plongée suite à une reconversion professionnelle.

Diplômé d'une grande ESC puis confirmé dans le monde commercial en tant que manager opérationnel, je me suis rendu compte que ce métier ne me convenait plus.

 

 

- Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Gaétane : Parce que c'est la seule chose qui ne me donne pas l'impression d'être en train de travailler même les cours de physique... c 'est dire..

 

Pierrick : L'envie de se lever le matin !!! J'étais chef de chantier dans le génie climatique et bien que le salaire soit convenable, le bruit, la poussière gênante et l'ambiance n'était pas au rendez-vous tous les jours... L'envie de travailler en extérieur ( J'ai beaucoup de mal à rester le" cul sur une chaise" ).

 

Laurent : J'ai choisi ce métier car j'ai envie de partager ma passion pour cette pratique. J'ai de plus envie de me spécialiser dans la plongée tek/spéléo avec l'ambition de découvrir et ouvrir de nouveaux spots à la profession.

 

 

- Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Gaétane : D'apprendre l'anglais et de se former dans d'autres domaines si jamais il a un accident et ne peut plus plonger. De glaner le plus d'expérience possible dans différentes formes de plongée.

 

Pierrick : C'est un gros investissement de temps et d'argent alors sois sûr de toi et fonce !!!

 

Laurent : De bien y réfléchir. En effet ce métier peut faire rêver du fait de s'imaginer finir sa vie sous les cocotiers et travailler en maillot toute l'année.

Malheureusement la réalité peut vite nous rattraper du fait des exigences et sacrifices que demandent un tel métier. (familiales, salariales, ...)

 

 

- Quels sont les endroits du monde où vous avez trempé vos palmes? Spots de plongée préférés ?

 Gaétane : Antilles, Galápagos, Philippines, Chine, Floride, lac du Bourget, la manche, la Bretagne… mais de loin les Galápagos et après les philippines.

 

Pierrick : Guadeloupe (la réserve Cousteau et les Saintes !!! ) , Italie (réserve des cinq terres superbe !! ), Carnon, Palavas et les Aresquiers !!! Vive les nudibranches !!!  L'étang de THAU, St Cyr sur Mer ( le P38 !!), Le DONATOR !!! Merci Stéphane !!! - (ndlr: Week-end club Plongée Carnon organisé chez Aqualonde).

 

Laurent :  Ile de la Réunion, Crête et Métropole (côtes méditerranéennes). Plongées idéales : épaves.

 

 

- Avez-vous un modèle ou un "référent" dans le monde de la plongée ?

Gaétane : Fred Maxant !! II plonge depuis 20 ans à Carnon et il est toujours émerveillé!! Mais comment fait-il? Et il a un sens très fin de l'enseignement de la plongée. Ainsi qu'une franco-colombienne qui gère la réserve de Malpelo en Colombie - (ndlr: Sandra Bessudo).

 

Pierrick: Fred MAXANT !!! Notre yoda !!!

 

Laurent :  Pour ne pas le citer : Fred Maxant qui m'a initié à la plongée et m'a accompagné dans mes niveaux jusqu'à l'entrée en formation.

Ainsi que Frank Vasseur pour sa connaissance de la plongée spéléo.

 

 

- Selon vous, quels sont les outils manquants pour "upgrader" votre formation actuelle?

Gaétane : Le temps!!... Visite de structures pros de la région et analyse du terrain (littoral, ports) bref un peu plus de terrain mais c'est compliqué je sais…

 

Pierrick :  Une Fosse de plongée sur Montpellier !!!! J'en rêve et je pense vraiment qu'elle serait rentable !!! Je voulais prendre ça pour projet pro mais la tâche étais vraiment pharaonique

pour le temps imparti... Quel dommage... I'll be back !!

 

Laurent : La question se posera à la fin de ma formation. Pour l'heure le niveau des intervenants est à la hauteur des attentes que j'en avais.

 

 

- Toujours selon vous, dans l'idée de rendre la plongée plus attrayante, qu'elles seraient vos idées pour séduire les non plongeurs ?

Gaétane : Avoir un marketing attrayant. N'ayant pas commencé à plonger en France j'ai pu voir avec un peu de recul l'image qu'a la plongée en France : une bande de sexagénaires qui plongent à la Cousteau, plongée où on souffre, on voit rien et on est entre mecs... on fait passer ce sport pour un sport très compliqué et technique et réservé à des nageurs chevronnés alors que franchement.. et pas juste en mettant du rose sur les combis pour attirer les femmes.

 

Pierrick : Je suis partisan de la communication sous l'eau !! …et plus généralement de la plongée Next-Gen, et toujours une fosse sur Montpellier, je la vois déjà sortir du sol de ses 30 mètres de haut à coté d'Odysseum avec des GoPro sur les bords, des salles de débrief avec support vidéo, et tout le confort nécessaire pour une pratique tout au long de l'année !!! Un vrai atout pour la ville et une manière moins stressante pour certains de faire leurs premiers pas avant de s'éclater les rétines en milieu naturel !!

 

Laurent : Idéalement être capable de proposer les mêmes sensations que l'on retrouve en plongée dans un environnement parfaitement sécurisé.

La majorité des réfractaires à la plongée le sont par méconnaissance du milieu (attaque de requin, environnement hostile/inconnu, risques...).

Initier à la plongée un novice lors d'un baptême est intéressant pour le moniteur comme pour le plongeur si celui ci est bien accompagné tout le long du processus et non étant considéré uniquement comme une rentrée d'argent immédiate.

Il est nécessaire de rassurer, comprendre et surtout faire partager le milieu aquatique et toutes ces richesses.

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est ICI !

Il suffit de cliquer sur «J’AIME» directement sur la page Facebook .

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(391)

Forgot your password?