SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Kodak renaît-il de ses cendres pour défier la puissance GoPro ?

Présentée il y a quelques mois à coup de belles conférences de presse du (re)nouveau Kodak, la renaissance de la marque passe par une innovation dans le monde des caméra d'action (ActionCam) dont l'ogre GoPro est tout en haut de la colline.

 

Son nom de baptême est  la SP360 et  repousse encore un peu plus le concept de la caméra d'action. En effet, ce petit boitier jaune va encore plus loin que les grands angles des modèles déjà existants, car comme son nom l'indique, elle filme à 360°.

La notion du 360° est adoptée par beaucoup de marque en utilisant trois capteurs et trois optiques. Mais Kodak en a décidé autrement, car ils ont en effet développé un dôme optique unique, capable de couvrir un tel champ de vision – construction optique en 9 éléments répartis en 7 groupes. Avec un seul bloc optique/capteur, la SP360 réussit le tour de force.

 

La SP360 couvre un champ de 360° et, en l'état, les clichés et vidéos semblent avoir été tournés dans un bocal. Il faut donc les passer dans une moulinette - un logiciel toujours en cours de développement appelé, lui aussi, PixPro SP360 – pour en tirer quelque chose. Ce logiciel permet non seulement de visionner les clips de manière brute (sous la forme d'un fichier vidéo circulaire), mais surtout de les paramétrer pour produire un nouveau fichier d'export. On retrouve les formats traditionnels 4/3 et 16/9e, mais des séquences sous forme de panorama à 360°, sous la forme d'un anneau ou d'un dôme ou encore sous une image découpée en deux ou quatre segments.

L'avantage d'une telle couverture angulaire est évident dans de nombreux domaines. Si l'on pense une descente en VTT, il faut traditionnellement deux caméras d'action : une pour suivre la route, l'autre pour capter les émotions du coureur. Avec la SP360, une seule caméra capture l'ensemble de la scène et c'est ensuite qu'on choisit de capturer la piste, le coureur voire les deux simultanément sur le fichier avec une séparation horizontale (avec l'option "Seg" - pour segment - de l'application).

 

Outre le sport et les loisirs, Kodak commence à entrevoir d'autres applications possibles pour sa caméra. Dans le domaine professionnel tout d'abord, avec la possibilité de poser la caméra sur la table et de filmer tous les participants qui sont autour, avec  un  flux vidéo pouvant être séparé en 12 portions (maximum). Idéal pour les réunions – type « focus-group » par exemple.

 

L'autre domaine d'application est la sécurité, des professionnels comme des particuliers : bien placée, une SP360 voit absolument tous les recoins d'une pièce, d'un parking et offre des capacités de retraitement de la vidéo très intéressante.

Très impressionnante dans sa première version, la SP360 laisse apparaître une limite : la définition d'image. Si le fichier final peut bien être en Full HD 1080p (1920 x 1080 points), les demi-flux sont nécessairement recadrés. Pour obtenir un double flux Full HD – la route et le cycliste dans le cas de l'exemple précédent – il faudrait que Kodak passe à la 4K. Etant donné le précédent donné de la Panasonic HX-A500, il y a fort à parier que Kodak étudie déjà la question !

 

La Kodak SP360 dans sa version "Pack Aquasport", (celle qui nous intéresse pour une utilisation subaquatique) est au prix de 349€.

Pour ma part je reste encore "greffé" à ma Gopro, sachant qu'elle a d'autres arguments  que le 360°, comme la 4K par exemple. Et vous, séduit ??

 

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est ICI !

Il suffit de cliquer sur «J’AIME» directement sur la page Facebook .

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(390)

Forgot your password?