SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

La coque de tous les usages

Rare sont les personnes n'ayant jamais eu dans leurs mains ce coquillage commun à beaucoup d'estuaires et rivages  sablonneux. 

 

Du pays des vikings aux plages africaines, ce mollusque  bivalves autrefois appelé Bucardes, est omniprésent sur les fonds sablo-vaseux. C'est en tout cas le coquillage le plus courtisé par les seaux colorés de nos têtes blondes., cherchant sans cesse la partie manquante de leurs découverte…

Etant enfant je me suis toujours posé la question de leur destinée. Que faisaient-ils avant d'échouer sur la plage, abandonnant souvent leur coquille jumelle ?

 

A mon époque il n'existait aucune histoire où j'aurais pu imaginer une utilité quelconque de ces belles coquilles. Pas comme aujourd'hui. Enfant  il m'aurait été facile de me projeter dans la construction d'une belle chaumière aux coquillages dans les environs de Tinworth, à proximité de la côte des Cornouailles.

 

Mais à ce moment là, je n'avais jamais entendu parler de Bill Weasley ou Fleur Delacour, respectivement briseur de sorts et sorcière très adroite dans le monde de Harry Potter.

Malgré tout, avec une imagination sans frontière, je m'étais toutefois dit que les coquillages venaient à mourir et que leurs coquilles étaient transportés sur la plage par les poissons qui nettoyait la mer. 

OUi! tous les enfants du monde sont un peu marseillais…

J'avais à demi raison, car les coques vivent là où le sable existe, et même avec un seul centimètre d'eau au dessus de leur tête.

 

Les coques ont une forme de cœur et sont couvertes de nervures avec un relief de couleur blanche parfois légèrement striées de brun ou de noir. Les stries foncées de la coquille marquent plus ou moins fidèlement les hivers ou des arrêts de croissance. Elles renferment et protègent l'animal qui a la taille d'une petite noix blanche, charnue et un peu ferme, munie d'une petite crête orange, le corail. Durant toute sa vie, elle aspire l'eau et le sable à l'aide de deux petits siphons sortant de leur caparaçon, et rejette le tout gardant au passage des micros algues et animaux planctoniques.

 

Ce mollusque a également été quêté par les chasseurs-cueilleurs  de l'ère paléolithique supérieur , des outils ornés de ces coquillages ont été répertoriés. A noter également que de 6000 à 4500 av. J.-C., il n'était pas rare de voir des habitations du pourtour méditerranéen ornés de lignes crénelées crées avec des coques, la civilisation cardiale, pris du nom latin "Cardium", qui est également le nom scientifique de la coque.  Aujourd'hui  encore, on peut trouver malgré la rareté, des amphores et poteries embellies de ces belles coquilles striées.

Et notons encore que ces mollusques étaient "à la mode" au XVIII, ornant élégamment les buffets d'eau de belles demeures, appelées "Folies". Pour la plupart intacts, comme posés d'hier, ils continuent de révéler la splendeur de la pierre sur laquelle ils sont accrochés …

 

Certes les vagues brassent bon nombre de choses diverses et variés, mais parmi ces débris naturels (si seulement…) formant les laisses de mer, vous trouverez à coup sûr les nombreuses  coques dépourvues de leur hôte et étendues sur le sable, n'attendant peut être que d'être ramassées pour embellir votre foyer.

 

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est  ici   !

Il suffit de cliquer  sur «J’AIME» directement sur la page Facebook

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(390)

Forgot your password?