SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

La daurade du jour...

Peu avant l'immersion de la péniche SOR au large du port de Saint-Cyprien, j’avais rencontré un jeune savant nommé Luc Hardy qui affirmait avoir conçu les plans d'une cage destiné à l’élevage de poissons marins en mer ouverte capable de résister à la houle d 'Est et au courant du large.
Il m'avait décrit un long tube métallique creux fortement lesté dans sa partie basse afin d’en assurer la verticalité, autour duquel se fixaient trois grand anneaux circulaires parallèle recouverts d’un filet sans nœuds.


Jean Olibo, le maire de Saint-Cyprien auprès duquel j’allai plaider la cause de Luc, accepta d’en financer la construction et me donna mandat pour en assurer la mise à l’eau.
Ce grand élu était en effet très attentif à l’évolution de la pêche professionnelle et à son avenir. Il pensait, comme nous, que cette expérience pouvait contribuer à la reconversion des pêcheurs du port dont l’activité faisait vivre environ 200 familles à l’époque.


Quant au suivi, il fut convenu qu'il serait assuré par une remarquable plongeuse, Claire Vergès.
C’est donc par une belle matinée printanière que la cage fut acheminée au large par le lamparo« Ville de Saint-Cyprien »dont les propriétaires, Jean Claude Fontanet et Guy Figuères, assurèrent le transport au bout de leur grue hydraulique.
Un solide câble de 35 mètres fixé sous la cage coulissa sur la péniche à travers une grosse manille et la cage s’immergea sous la forte poussée d’un ballon de renflouement arrimé à la partie courte du bout, ce qui fit descendre la cage à 15 mètres, et remonter le ballon.

 


Luc Hardy se chargea de trouver des petites daurades dans un étang languedocien. Elles furent acheminées sur place sous oxygène tandis que notre équipe recouvrait les anneaux de la cage d’une chaussette de filet Nortene sans nœuds.
Le ballon fut dégonflé, ce qui fit remonter la cage en surface où elle fut remplie de poissons par l'ouverture supérieure qui fut ensuite fermée. Un tuyau creux relié à la surface par une bouée en surmonta le dôme, et l’ensemble fut redescendu à 15 mètres en gonflant le ballon.
Je n’oublierai jamais le spectacle surréaliste des milliers de capelans immobiles groupés à la verticale de la péniche durant ces opérations que l’équipe des plongeurs du port assura sans trembler.


Une longue et passionnante aventure, qui dura 8 années, commença alors : Claire se rendait régulièrement sur le site afin d’alimenter les daurades en injectant des aliments (aqualim) et de l’eau sous pression dans le tube creux, et nombreuses furent les plongées effectuées sur et sous la cage afin d’en surveiller la bonne tenue et l’évolution :
J 'ai déjà raconté comment la péniche avait coulé avec le naissain de moules qui ornait sa ligne de flottaison. Nous avons alors constaté que ces moules se développaient très rapidement sur ce fond de 29 mètres, ce qui paraît surprenant pour un bivalve de surface.

Elles colonisèrent très rapidement l’intérieur de la cage dont il fallait donc fréquemment nettoyer le tube central où elles se fixaient obstinément, alourdissant l'ensemble. Contre toute attente, elles étaient d’une taille importante, très charnues et savoureuses toute l’année malgré la profondeur, et il me revint en mémoire que nous avions fait la même constatation sur l 'épave du Saumur »qui sommeille au large du cap Béar en compagnie de « l 'Astrée, du « Saint Lucien »...et sans doute de quelques autres.

 


Après la vérification et le nettoyage du filet de la cage qui se couvrait de boues amenées par le courant, nous descendions sur la péniche où de gros congres avaient rapidement élu domicile au milieu des poteaux électriques qui en constituaient la cargaison, tandis que plusieurs homards, sans doute venus du rocher du Rafar voisin, se planquaient sous la coque.
Entre deux eaux à la remontée, il était fréquent d’apercevoir liches, thons, bonites et... barracudas dont je ne connaissais pas l’existence en Méditerranée.
L’expérience attira alors des scientifiques qui devinrent des amis, et se livrèrent à d’autres essais sur la péniche, comme un élevage réussi de coquilles Saint Jacques en pochons, ou des comptages de poissons.


Le maire avait accepté d’équiper les 6 plongeurs que nous étions, et nous avait également dotés d’un puissant compresseur et d’un scooter sous marin, ce qui, ajouté à mes 4 équipements personnels, nous permettait de doter 10 plongeurs en permanence.
La famille Girodeau à Collioure avait fourni les équipements à un prix....amical, (Merci Odette et Pierre), ce qui nous permettait en outre d’effectuer tous les menus travaux immergés d’entretien et de renouvellement qui constituent le quotidien d 'un port...
La cage encaissa sans broncher de nombreux coups de mer, les daurades devinrent adultes, et c’est avec un petit pincement au cœur qu'elle fut ramenée à terre et les daurades vendues à un mareyeur italien.

 

 

Cinq lamparos désaffectés(le Zoriona, le Saint Michel, le Ville de Nemours, le Perry, le Notre Espoir) et deux pontons métalliques furent immergés près de la péniche, ainsi qu’un gros récif artificiel de béton protégé par des pieux anti-chalutage qui entoura de ses 4 tas les alentours de la péniche dans un rayon de 200 mètres.
Près de trente années ont passé depuis...Tout notre matériel de plongée, y compris le mien, s'est évanoui dans la Nature en 1989 après mon départ du port, privant ainsi mes collègues de travail d’une activité valorisante qu'ils exerçaient avec passion, et stoppant le développement pourtant nécessaire de la protection des fonds marins...


Je me suis rendu récemment à la jetée de Port-Vendres à l'invitation de plusieurs passionnés qui avaient décidé de se retrouver afin d'y plonger avec du matériel de ces années là. J'avoue avoir été submergé par une intense émotion faite d’odeurs de néoprène, d’air fusant des détendeurs, du jaune éclatant des bouteilles et du rouge orangé des gilets. J'ai senti mon regard s’embuer devant ce beau spectacle, et je crois bien que c’était l’air de la mer qui piquait mes yeux et rien d’autre, je vous assure. ...

 

Yanis Efthimiopoulos

 

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est ICI !

Il suffit de cliquer sur «J’AIME» directement sur la page Facebook .

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(393)

Forgot your password?