SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Le Cap cherche à protéger les baigneurs des attaques de requins

Paradis des surfeurs, les plages du Cap font rêver les amoureux de l’océan. Sauf que dans ces eaux turquoise, les requins blancs font des ravages.

Depuis 2009, un tiers des vingt-quatre baigneurs qui ont été tués par des requins blancs l’ont été au Cap, selon des informations provenant du site du magazine scientifique MaxiSciences.

Dernier incident en date: le 19 avril 2012, sur une plage du Cap, un requin mesurant cinq mètres de long a arraché la jambe d’un jeune homme de 20 ans. Ce dernier n’a pas survécu à la blessure.

Ainsi, afin de protéger les touristes et sauver le tourisme local, la ville va mettre en place des guetteurs et des filets anti-requins.

Le projet baptisé Shark Spotter (une sorte de repéreurs de requins), proposera des guetteurs armés, placés le long des plages à touristes.

Leur mission: guetter le moindre aileron suspect et avertir en cas de danger.

Autre mesure phare du projet: des filets anti-requins.

«Il s'agit d'une série de filets fixes à mailles très fines, de sorte que rien ne peut les traverser», explique l'élue municipale,Felicity Purchase.

Si, pour certains, les plages du Cap représentent un danger alarmant, Sarah Titley, la directrice du projet Shark Spotter tend à dédramatiser la situation.

«En réalité, les baigneurs ont un risque sur 253 millions d'être tués par un requin

«Des baigneurs ont souvent raconté qu'ils avaient été frôlés par des requins sans que rien n'arrive, ce qui veut dire que si les requins étaient vraiment affamés de chair humaine, nous aurions beaucoup plus d'attaques»,ajoute-t-elle.

Pas question non plus de mettre en danger les requins blancs, rassure Felicity Purchase.

Le requin blanc, mesurant de 4 à 6 mètres de long, est aujourd’hui une espèce menacée. C’est la raison pour laquelle, il est protégé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

Le Cap ne cherche donc pas à se débarrasser de ses requins, mais plutôt rassurer les touristes.

Ces mesures ont déjà fait leurs preuves à Hong Kong et aux Seychelles.

Coût de l'opération: 76 000€.... ce n'est pas la mer à boire quand même..... m'ouais, elle est facile celle là.

 

Source: Slate Afrique

 

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(390)

Forgot your password?