SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

les juges ne se mouillent pas...

Les requins de la Réunion font toujours la une de l’actualité nationale. Ils occupent une place de choix dans les médias nationaux si l’on en juge par le journal de RTL, hier, à 19 heures. Les requins sont arrivés en deuxième titre. Carrément. Bonjour la pub pour la Réunion ! L’IRT (Ile de la Réunion Tourisme) a encore du pain sur la planche.

 

 Le sujet requin est encore "chaud". On comprend mieux pourquoi les juges du tribunal administratif de la Réunion n’ont pas souhaité se jeter à l’eau dans cette affaire. Saisis par deux associations (ACSP et Sea Shepherd) pour stopper tout de suite la chasse aux squales décrétée par l’Etat, les juges administratifs ont décidé de ne pas suivre les deux associations. Ils ne contestent pas pour autant le bien-fondé de la requête, mais ils n’ont pas retenu son caractère d’urgence. Une façon pour eux de noyer le poisson, de ne pas se mouiller. Et d’éviter de devoir gérer éventuellement devant les portes du TA la colère des surfeurs. Les deux associations "pro-requins", quant à elles, devront repasser plus tard. Le TA a estimé que rien ne presse. La chasse reste donc ouverte. Les requins n’ont qu’à bien se tenir !

 

Les médias nationaux auraient pu aussi s’intéresser à l’avion présidentiel qui s’est posé, avant-hier soir, sur le tarmac de Gillot quasiment vide, hormis bien sûr les membres de l’équipage. Un gros Airbus qui a fait Paris-Mayotte-Réunion pour un vol d’entraînement. Coût de l’opération : 200 000 euros. Et cette fois-ci, ce n’est pas la Région qui "casque". Pas comme pour les emplois verts. C’est le gouvernement qui banque. Mais, au final, ça revient au même puisque c’est nous, contribuables, qui allons payer ce vol d’entraînement. En ces temps difficiles de "crise de contrats aidés" et de "crise d’emplois verts", où certains se battent pour sauvegarder leur petit boulot provisoire à 600 euros par mois, dans une île rongée par le chômage, ce vol d’entraînement s’apparente presque à une provocation. L’Elysée aurait pu demander à son avion et à l’équipage qui va avec d’aller bat’ caré ailleurs.

 

En tout cas, dans le domaine économique et social, la Réunion n’a rien d’un terrain d’entraînement ou d’une simulation. Tout ce qui se passe relève de la dure réalité : l’automobile, le BTP, les petites et moyennes entreprises, tous secteurs confondus, se cassent les dents. Les chefs d’entreprise appellent au secours, les maires interpellent le gouvernement en réclamant plus d’emplois aidés pour faire fonctionner le service public, les emplois verts reviendront à la charge dans six mois pour exiger le renouvellement de leur contrat… Idem pour les consommateurs, qui subissent de plus en plus la cherté de la vie. A ce propos, rappelons qu’après le 31 décembre prochain, le prix de la bouteille de gaz devrait augmenter de 7 euros car la Région ne supportera plus ce coût. Si elle l’a fait sous le gouvernement Fillon et sous la présidence de Nicolas Sarkozy, tout laisse à penser que la collectivité présidée par Didier Robert ne fera pas cette fleur aux socialistes au pouvoir. Des socialistes qui ont promis de lutter contre la vie chère et de donner du travail aux chômeurs. Autant dire que le projet de loi de Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, qui sera examiné début septembre, est attendu comme le messie.

 

Source: Clicanoo.re

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(391)

Forgot your password?