SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Mythes et légendes du serpent de mer et du Léviathan

Après les sirènes et le Kraken, un autre animal marin légendaire hante mon imaginaire, il s'agit du serpent de mer. Alors mythe ou réalité ?

Sur les cartes marines de 1500, les zones non répertoriées par le cartographe Olauf Magnus sont affublées de monstres plus grimaçants et effrayants les uns que les autres. Certains sont à rapprocher d'animaux connus (cétacés, siréniens...) mais d'autres figurent le serpent de mer ou le Kraken.

Il est fait mention de serpents de mer dés 1555 et de nombreux marins témoignent de l'apparition et la fuite d'une créature reptilienne devant leur navire.

Il semble toutefois que les témoignages diffèrent par la description morphologique de l'animal observé.

Tantôt monstre marin à tête de chien ou de lion voire de dragon tantôt plésiosaure rescapé de la préhistoire telle la créature du Loch Ness les descriptions varient mais l'aire de répartition de ce légendaire animal est plutôt à localiser dans l'hémisphère Nord. Il suffit d'écrire cela pour que des exceptions viennent contredire ce que j'ai lu !

En juillet 1897, l'aviso français Avalanche croise à trois reprises un serpent de mer dans la baie d'Along et tirera en sa direction des coups de canon dont aucun n'atteindra sa cible. Régulièrement depuis il est fait état de témoignages de serpents de mer gigantesques croisant au large;

Une partie de ces témoignages sont farfelus ou déformés par une exposition prolongée des marins au soleil ou au rhum: on évoque des crocodiles géants de 20 m de long des animaux ondulants verticalement qui marsouinent (cétacés ?) on évoque aussi des anguilles géantes! Bref, la littérature regorge de témoignages d'animaux serpents parfois photographiés.

Le Léviathan monstre marin biblique est représenté par un serpent de mer dont l'ondulation engendre les vagues. Il est le monstre de l'Apocalypse et personnifie la puissance destructrice. En Amérique du Sud un cachalot fossile de 15 m de long environ a été nommé Léviathan sp.

On pourrait tenter de faire une analogie entre des monstres marins décrits et des poissons serpentiformes actuels. A t'on déjà vu des anguilles, murènes et congres de plus de 20 m de long ? Il faut bien çà pour être visible d'un bateau au long cours ! Il peut y avoir méprise si une carcasse s'échoue sur la plage après avoir séjourné longtemps dans l'eau: on a parlé de cadavres de baleine bleue ou de requin pèlerin pour alimenter le mythe...

Le seul poisson contemporain qui rejoint le mythe est le régalec ou roi des harengs (dont il se nourrit) avec ses 5 à 7 m pour 200 kg et sa drôle de crête rouge a fait sensation. Les observations et descriptions dans les années 1860 ont été effectuées sur des individus morts et échoués.

Il est lui aussi faiseur de mythe et il faut chercher l'origine des nâgas indiens et cambodgiens dans l'observation probable de régalec. Animaux fabuleux tantôt affectés au monde souterrain, à l'univers aquatique ou aérien, les nâgas sont protecteurs. Le régalec est présent partout sauf en arctique et antarctique à une profondeur n'excédant pas 1000 m.

L'avènement de l'exploration profonde automatisée a multiplié les témoignages filmés de ce drôle de poisson serpent qui ondule verticalement en pleine eau et peut parfois remonter dans la frange accessible au plongeur loisir.( Laurent Ballesta en a photographié un au large de la Corse enroulé autour d'une bouée).

Ainsi prend fin ma brève bio sur ces drôles de serpents. Conscient que plus l'obscurantisme et l'ignorance reculent, plus les questions sur les derniers refuges d'une vie marine préservée s'imposent à moi! Qu'est ce qui brille là dans les ténèbres d'au delà du plateau continental ?

Pascal Zani

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(394)

Forgot your password?