SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

TORPILLE SHOW !

Plongée du matin avec eau très claire sur un fond de 4 à 6m. Un trottoir de roches avec, de part et d'autre, l'immensité sablonneuse des fonds du Languedoc. Je me prépare pour des baptêmes (la saison bat son plein); le directeur de plongée déjà dans l'eau pour quelques prises de vues me fait signe de le suivre...
Une raie torpille marbrée dessine sa forme caractéristique sur le sable et j'admire à la fois sa belle taille (70 cm de long pour ce spécimen pouvant aller jusqu'à 1 m) et surtout la couleur de sa peau pratiquement identique au sable, oscillant entre brun et jaune.

Comme à mon habitude, je me laisse guider par cette rencontre et après avoir montré cet animal à mes baptêmes, je viens naturellement en parler sur l'info bio

La torpille marbrée est un poisson cartilagineux comme les requins et les chimères avec un corps rond. Les nageoires pectorales sont soudées à la tête et au tronc de l'animal et contribuent à ses déplacements particuliers avec ondulation de "ces ailes". La queue, trapue, est musclée, avec une nageoire caudale large et 2 nageoires dorsales arrondies et de même taille. La queue agit comme une godille est donne à l'animal une nage puissante fluide et rapide ( si, si nous avons essayez de la suivre...) Les nageoires pelviennes font un deuxième cercle plus petit et vue du dessus, la couleur va du blanc au brun foncé voire au rouge foncé avec toujours la présence plus ou moins marquée de marbrures irrégulières imitant le substrat sur lequel elle évolue, vit et chasse. Le ventre est uniformément blanc.
On la rencontre plutôt sur les fonds de sable mais aussi à proximité de l'herbier et des roches situées près des zones de sable plutôt sur des petits fonds mais signalée jusqu'à 500m de profondeur elle fréquente généralement le plateau continental.

Les branchies sont sur 2 rangées de 5 fentes non recouvertes d'un opercule (regardez les fentes branchiales des requins...) mais comme elles vivent sur les fonds meubles, les raies ont développé des évents derrière les yeux (les spiracles) qui vont permettre la circulation de l'eau jusqu'à la chambre branchiale (because la raie est souvent au contact du sable et même souvent enterrée) les spiracles sont frangés et s'ouvrent et se ferment rythmant la respiration un peu comme notre tuba.
A propos de "l'enterrement" de la raie torpille, nous avons été impressionnés par la vitesse à laquelle le spécimen débusqué par notre DP s'est enterré, ne laissant dépasser que ses yeux légèrement pédonculés et ses spiracles. Pendant quelques minutes, l'animal n'est trahi que par la légère dépression laissée par son enfouissement puis le substrat s'égalise et il faut vraiment savoir qu'une raie se cache là!

La torpille a une activité plutôt nocturne et chasse volontiers crustacés, mollusques (surtout les céphalopodes) et poissons qu'elle assomme à distance par des décharges électriques de 40 à 200volts pour une intensité de 3 à 7 ampères allant en décroissant. Ces décharges sont produites par des organes électriques ou "électroplaques" qui sont des muscles modifiés situés derrière les yeux et traversant le corps dorso-ventralement. La phase d'attaque est impressionnante car la raie se tord elle même vigoureusement. Ces électroplaques dédiées à la chasse se développent déjà chez l'embryon et les juvéniles peuvent les utiliser pour chasser!

Les femelles vivent plus longtemps que les mâles et sont ovovivipares (les œufs fécondés se développent dans le ventre de la mère qui donne naissance entre 2 à 35 petites raies (raiteaux) prêtes à se débrouiller seules, bref à prendre leur envol (aile de raie bien sûr!)
Celle que nous avons observé à loisir est partie majestueusement et lors de ces baptêmes, une deuxième, plus petite, nous a honoré de sa présence ondulant gracieusement à quelques centimètres du fond.

Je vous réserve pour cet hiver un topo sur les "laisses de mer" mais en cette période estivale je me souviens des coups de mer d'Août sur les plages de la Tranche sur mer (Atlantique pour ceux qui ne situent pas...); les lames de fond ramenaient à la côte de nombreuses torpilles marbrées blanches mouchetées de noir, trésors abandonnés...

Pour finir cette brève, une dernière info sur une espèce de raie torpille qu'on appelle torpille ocellée avec de jolis disques bleus sur le dos particulièrement photogéniques...Je suis preneur d'un cliché de celle ci...
Bonnes plongées et merveilles au détour de chaque rocher !

 

Pascal Zani

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(390)

Forgot your password?