SCUBA - PHOTOGRAPHY

SCUBA - PHOTOGRAPHY

l'actualité sous-marine en image

Une explosion qui secoue l'évolution !!!

Une brève en appel une autre …voici la nouvelle brève bio du Pascalou qui rafraîchi l'énigme de l'explosion cambrienne d'une part et qui évoque un petit groupe d'animaux, véritables fossiles vivants, parent des vertébrés et donc des poissons, et de nous tétrapodes : les céphalocordés...attention au vertige des boyaux de la tête!

Hallucigenia

 

Une découverte

Découverts en 1909 par le paléontologue américain Charles Doolittle Walcott, les schistes du Burgess sont des roches sédimentaires déposées le long d’un récif il y a environ 530 millions d’années dans les Montagnes Rocheuses dans le Yoho National Park, sur la pente occidentale du mont Stephen au Canada.

Ces schistes noirs sont devenus célèbres car ils contiennent des fossiles extraordinairement bien conservés d’animaux qui nous semblent aujourd’hui très étranges et sans équivalents et descendants actuels.

Plus de 80.000 spécimens appartenant à 140 espèces différentes ont été prélevés durant de nombreux étés et précieusement conservés et examinés depuis les années 60.

Opabinia

 

Une explosion d'espèces

Les animaux prélevés dans le gisement du Burgess sont tous de la période que les paléontologues ont appelé explosion cambrienne. Période durant laquelle la Vie s'est diversifiée de façon importante et soudaine il y a 530 millions d'années environ.

Ces formes de vie plus originales et complexes les unes que les autres semblent être apparues toutes ensemble et malmènent la théorie darwinienne de l'évolution des espèces. Elles se retrouvent dans les schistes de Burgess sans qu'on puisse identifier un ancêtre dans des couches géologiques antérieures.


Les exemples ci dessous sont quelques uns des fossiles répertoriés et qui feront l'objet d'une brève bio prochainement.

Anomalocaris

 

L'avènement des céphalochordés: une histoire de boyau dans la tête...

En regardant l'extrait volontairement simplifié de l'arbre phylogénétique ci dessous, on s'aperçoit que les caractéristiques des chordés sont : la présence d'une « baguette » rigidifiant l'animal, on l'appelle la corde ou chorde. Cette charpente préfigure la colonne vertébrale des vertébrés.

Chez les chordés, un groupe familier des plongeurs loisir existe encore aujourd'hui c'est celui des ascidies qui possèdent à l'état larvaire une corde qui disparaît lorsque l'animal se fixe au sol et entame sa transformation de « tétard » à « outre de mer » Les ascidies sont regroupées avec quelques autres bizarreries dans un groupe qu'on nomme les urochordés; littéralement, ceux qui ont une corde jusque dans la queue (sans commentaire !)

 

 

L'apparition de muscles en faisceaux dessinant des chevrons réguliers en V ou W va donner naissance à une nouvelle déclinaison qu'on a appelé les myomérozoaires terme qui signifie « muscles et cuisses » même si les céphalochordés n'ont pas de pattes ils sont rangés là pour la présence de muscles.

Les céphalochordés héros de notre brève bio sont donc des chordés myomérozoaires dont la corde se poursuit jusque dans la tête.

 

Les céphalochordés vénérables ancêtres et leur descendance:

Pikaia gracilens,découvert en grand nombre dans le gisement de schistes noirs de Burgess d'abord décrit comme un ver, une sangsue, pourrait jouer un rôle clé dans la compréhension de l’évolution des cordés.

Pikaia graceliens mesurait environ 5 cm de long et possédait un corps fusiforme, composé d’environ 100 myomères = paquets musculaires séparés par du tissu conjonctif, caractère propre aux myomérozoaires.

Ces muscles, arrangés en chevrons, permettaient certainement à l'animal de se déplacer à proximité du fond grâce à des ondulations du corps. L’animal ne possédait en effet qu’une seule nageoire .

Les observations menées récemment au microscope électronique sur 140 fossiles ont mis en évidence:

la présence d'un tube digestif sous la corde, s’étendant sur toute la longueur du corps. La bouche (entourée de deux petits tentacules probablement sensoriels et de soies) et l’anus seraient tous deux terminaux.. Un tube nerveux creux surplomberait toutes les structures et des empreintes de vaisseaux sanguins auraient été observées en plusieurs régions du corps.

 

Chenjiang en Chine

Des fossiles appartenant à la faune de Chenjiang en Chine convoitent également la position de plus ancien céphalochordé du monde.

Haikouella lanceolata est probablement le plus ancien chordé à ce jour et de près de 15 millions d'années plus vieux que Pikaia gracilens et disposait déjà d'un cerveau , un cœur et un système circulatoire clos, de branchies d'une chorde dorsale , de muscles et probablement d'yeux.

Mais ce n'est pas tout ! la découverte en Chine de fossiles du Cambrien plus complexe que les céphalochordés décrits a permis aux scientifiques de déterminer qu'ils étaient en présence d'un vertébré qui a vécu il y a 530 millions d'années!Baptisé Hailouichty le « poisson Cambrien » met à mal les théories sur l'évolution des vertébrés...Comment est-il possible qu'un tel animal disposant d'un squelette , d'une colonne vertébrale, de branchies, etc... soit présent sans qu'on puisse présenter une forme plus ancienne illustrant l'évolution progressive? Hailouichty est-il arrivé de nulle part spontanément?

 

Pour rajouter aux questions qui demeurent sans réponse, une autre espèce de « poisson cambrien » est découverte en Chine il s'agit de Myllokunmingia qui est apparu soudainement lors de l'explosion cambrienne.

Maintenant qu'on a bien choppé le vertige devant ces vénérables ancêtres, que l'essoufflement nous guette devant ce gouffre vertigineux, je reviens au temps présent pour évoquer une petite bête qu'on range dans la boite des céphalochordés actuels descendant de Pikaia gracilens et de Haikouella lanceolata j'ai nommé l'Amphioxus ou lancelet (Branchiostoma lanceloatum)

Animal fusiforme de 5 à 10 cm vivant « planté » dans le substrat sableux ou coquillé et qui prend la même couleur que le substrat sur lequel il vit. Il est capable de nager par ondulation du corps.

Le tube nerveux présente un renflement au niveau de la tête , l'œil ou les yeux sont opérants La bouche est entourée de cirres et s'ouvre sur un pharynx percé de 90 fentes branchiales grâce auxquelles il va filtrer du plancton.

Le système sanguin est constitué de plusieurs vaisseaux contractiles. Le sang ne contient pas de globules. Une chorde dorsale lui tient lieu de colonne vertébrale. La présence de chevrons musculaires rapproche l'Amphioxus des myomérozoaires il est bien le descendant de ceux qui lors de l'explosion cambrienne ont colonisé les fonds marins.

 

Ma conclusion

Petit animal discret et dépositaire d'un secret lourd de sens pour notre compréhension de la Vie, l'Amphioxus ou lancelet sait peut être tout du cheminement des cépholochordés aux vertébrés. Il ne nous le dira probablement pas, je regarde avec attention les fonds meubles sur lesquels je me plais parfois à tenter de l'apercevoir conscient d'observer un fossile vivant tout autant important que le noble cœlacanthe.

 

Pascal Zani

 

 

Pour suivre les articles de Scuba Photography, rien de plus simple, c'est ICI !

Il suffit de cliquer sur «J’AIME» directement sur la page Facebook .

Blog Stats

  • Total posts(469)
  • Total comments(390)

Forgot your password?